© 2019 Galerie 2016

Marie-Claire Meier

« Ecrire le silence »

 

La Galerie 2016 à Hauterive présente du 7 septembre au 13 octobre 2019 le travail de Marie-Claire Meier. La plasticienne de la Neuveville expose une cinquantaine de tableaux et de sculptures rassemblés sous le titre « Ecrire le silence ». Un catalogue des œuvres récentes est édité à cette occasion.

Du 7 septembre au 13 octobre

Vernissage le 7 septembre de 15h à 19h

Marie-Claire Meier sera présente à l’exposition chaque dimanche dès 15h30

Elle donnera un cours de fabrication de papier à la cuve le samedi 28 septembre dans son atelier auquel il est possible de s’inscrire à la Galerie 2016 ou sur son site internet : www.mcmeier.ch

L’artiste

 

Au départ des travaux de Marie-Claire Meier est la matière, ou plutôt la transformation de la matière. En effet, des tissus de coton ont été défibrés pendant de longues heures dans une « pile hollandaise »  pour être transformés en pâte de coton, jute ou lin. Le support fait donc partie intégrante de l’œuvre, alchimie de l’Univers avant de devenir alchimie de l’artiste.

 

L’Oeuvre

Il y a d’abord la surface de l’œuvre, en creux ou en relief, rugueuse, sensuelle, qui incite au toucher et qu’on voudrait découvrir du bout des doigts.

Il y a ensuite les couleurs, riches de nuances, travaillées par petites couches, mêlées de pigments, de sables, de cendres, de craies, de poussières de marbre superposées…

Il y a encore ces signes, énigmatiques, invitations au questionnement, fragments de mots à peine esquissés, livres fermés sur leurs histoires silencieuses.

Mais l’essentiel se situe au-delà du regard, dans la profondeur de l’œuvre. Dans le silence.

Avec le sentiment que créer, pour l’artiste, c’est « se créer ». Mais c’est aussi partager, inviter le regard, être passeur d’histoires.

Ainsi le silence donne naissance aux diverses formes des écritures de l’artiste :

… le silence de l’atelier, avec son bruissement de papiers et de « Confidences »  chuchotées

… le silence de « Plénitude » désiré, apprécié ; à l’image du noir qui contient toutes les couleurs, ces silences sont riches de toutes les émotions

… le grand silence qui précède la naissance, « Promesse » , où la forme ovoïde fait référence aux origines

… le silence de la non-communication, ces « Courrier », lettres jamais lues et ces tentatives de signes spontanés et intuitifs lancés comme autant d’appels