© 2019 Galerie 2016

Exposition Ivan Moscatelli

1/5

Ivan Moscatelli aime la provocation, mais la provocation dans les règles de l’art. Après une longue période à peindre les formes abstraites que le public lui connaît bien, il est récemment revenu à une peinture figurative. Ses créations représentent notamment les paysages neuchâtelois qu’il côtoie depuis de nombreuses années et qu’il aime tant. L’exposition de la Galerie 2016 présente ainsi ces paysages certes réalistes, mais toujours agrémentés de la touche si particulière de l’artiste et de son goût pour l’humour révélateur.

Par le biais d’un élément insolite dans le tableau, Moscatelli provoque le questionnement du spectateur : quel est l’impact de l’homme sur la nature, et comment la transforme-t-il ? Si l’artiste évoque ces changements de manière humoristique ou fantaisiste, sa volonté de remettre en question et d’inciter le public à changer de perspective reste intacte. Son œuvre parvient ainsi à transmettre un message de manière simple, tout en restant visuellement plaisante.

C’est également à travers des images détournées que l’artiste interroge : les fameux paquets de cigarettes « Moscatelli », affichant des messages ironiques pour remplacer les usuelles – et funestes – mises en garde, mettent en évidence les paradoxes du commerce du tabac et en font une blague que chacun peut interpréter comme il le souhaite.

L’œuvre de Moscatelli est ainsi un pied de nez à ceux qu’il appelle « les sachants », qui aiment croire qu’ils connaissent et peuvent expliquer l’art d’aujourd’hui. Présenter ses toiles « bien peintes » est également une manière de répondre à leurs critiques et de montrer qu’il est un artiste des plus complets. Pour Moscatelli, l’important n’est finalement pas de donner de réponses mais de poser des questions qui font parler – et si possible, d’en rire.


Léa Aligizakis